fbpx

Salle de bain zéro déchet : les bons gestes pour débuter

À l’heure où le plastique envahit nos océans, le milieu de la beauté n’est pas épargné par les emballages plastiques. S’il est bien de se rendre compte de ce problème environnemental majeur, on vous propose des solutions concrètes pour tendre vers une salle de bain zéro déchet, sans perdre en confort et sans trop dépenser.

Les cotons démaquillants

Les femmes utilisent en moyenne six cotons par jour, soit environ 180 cotons par mois et plus de 2000 par an. Inutile de vous dire que l’addition est salée pour la planète :/ Car oui, pour produire ce coton que nous utilisons quelques secondes, il faut utiliser beaucoup d’eau, et beaucoup de pesticides (la culture du coton est l’une des plus polluantes au monde). 

Mais pas de panique, il existe une solution, et vous devez peut-être déjà la connaitre car elle se démocratise de plus en plus : ce sont les lingettes démaquillantes lavables.

Ces disques lavables fabriqués en coton, bambou ou en eucalyptus peuvent-être utilisés entre 300 et 500 fois ! Très doux à l’utilisation, ils sont même plus confortables que les cotons démaquillants jetables car ils sont moins irritants pour la peau.

Après utilisation, il suffit juste de les laver à l’eau froide au savon de Marseille ou bien de les mettre directement en machine dans un filet (pour éviter de les perdre). Pour raviver leur couleur blanche qui peut se ternir, on peut faire tremper les disques dans une bassine d’eau avec deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude.

Comptez entre 1€ et 1,50€ la lingette démaquillante. Il est préférable d’avoir entre 15 et 20 lingettes pour ne jamais être à court.

Les cotons-tiges

Il s’en produit environ 1,5 milliards par jour…Une armée de cotons tiges qui viennent souiller nos plages et nos océans. Une situation que dénonce un collectif de designers danois, Lastswab et qui ont eu l’excellente idée de créer un coton tige réalisé en silicone médical pour la tête et en nylon rigide pour la tige. Les matériaux utilisés sont biodégradables. Il existe deux versions : une version pour le nettoyage des oreilles et une version pour les retouches maquillages. 

Après utilisation, il suffit simplement de passer le coton-tige sous l’eau avec un peu de savon. Même si le coton-tige est un peu cher (environ 16 €), vous pouvez également vous procurer un similaire pour un prix dérisoire.

La brosse à dents

La brosse à dents possède une durée de vie de 6 mois, et après ? Rarement recyclée, elle finit entassée dans des décharges, brulée ou au fond des océans…Bref, on aimerait qu’elle soit recyclable, et ça tombe bien, car il existe désormais des brosses à dents en bambou et en nylon totalement biodégradables. Une fois utilisée, votre brosse à dents peut même finir sa vie dans votre compost ! Le biodégradable, c’est le nouveau chic 😉

Le shampoing 

Oui, le shampoing, c’est un peu la bête noire de la salle de bain. Il se vend 476 000 bouteilles de shampoings par jour en France. Autant vous dire : une montagne de bouteilles ! Vous connaissez aussi sûrement l’alternative du shampoing en bouteille : c’est le shampoing solide.

Pour celles qui n’ont pas adopté la tendance du « no-poo », le shampoing solide est une excellente alternative plutôt concluante. Déjà parce qu’elle lave très bien : les shampoings solides moussent presque autant que les shampoings en bouteille car ils contiennent pour la plupart un tensio-actif appelé sodium soco sulfate dérivé de la coco, une composition clean qui permet de faire bien mousser ! Sa durée de vie est aussi supérieure à un shampoing classique puisqu’un shampoing solide équivaut à deux bouteilles de shampoings classiques. Vous allez faire des économies 😉

Ils ont aussi pour la grande majorité d’entre eux des compositions naturelles à base de plantes, d’huiles essentielles, de beurres végétaux ou encore d’argiles. Vous allez nettement ressentir la différence sur vos cheveux qui seront plus doux, plus brillants et plus forts.

Enfin, avec l’engouement du shampoing solide, les marques ont développé des shampoings pour des typologies de cheveux différentes : cheveux gras, normaux, secs, à tendance pelliculaire ou colorés, vous trouverez forcément celui qui vous convient.

Autre alternative : faire son shampoing soi-même ! C’est pratique et si on a une typologie de cheveux particulière, on le fait sur-mesure !

Le savon 

Le savon solide existe depuis des millénaires…C’est avec le problème du plastique qu’il revient en force, et c’est tant mieux ! Il existe une multitude de savons solides, dont le célèbre savon de Marseille qui doit être de couleur vert-marron, (semblable à la couleur de l’huile d’olive dont il est composé). Attention : le vrai savon de Marseille ne contient pas de graisse animale ni d’additif chimique. Il est majoritairement composé d’huiles (olive ou palme), d’eau salée et de soude caustique.

Le savon d’Alep est parfait pour les peaux sensibles, irritées ou les peaux à problèmes (eczéma, psoriasis…). Enfin, beaucoup de marques vendent des savons à base de plantes : lavande, rose, cannelle, café…Préférez les savons saponifiés à froid qui sont plus doux pour la peau. 

Là aussi vous ferez un geste pour la planète et pour votre porte-monnaie tout en respectant votre peau.

Les protections périodiques

Sur ce point, il faut tester et se faire son propre avis, car les filles ne sont jamais d’accord ! Voici les différentes alternatives qui s’offrent aux serviettes périodiques et aux tampons :

  • La coupe menstruelle : très économique, elle coûte environ 15€. Certaines filles la supportent très bien, d’autres non. Il faut cependant être assez précautionneuse sur son lavage.
  • Les serviettes lavables : elles sont aussi économiques mais il faut plus de budget au départ car une serviette coûte environ 8€. Mais elles peuvent durer des années donc elles sont vite rentabilisées. Pratiques, et confortables elles savent se faire oublier. 

– Les culottes lavables : elles ont été mises sur le marché récemment et depuis les marques fleurissent. D’apparence, elle ressemblent à des culottes normales mais une fois portées, elles offrent une autonomie de 12 heures ! Ensuite, il suffit de la rincer à l’eau froide puis, soit de finir le lavage à la main, soit en machine à 30 degrés.

Le rasoir

Les rasoirs jetables sont vraiment faciles à remplacer par un rasoir de sureté. Ces derniers sont très beaux et vous avez juste à changer la lame lorsqu’elle est usée. Un petit budget de départ s’impose (environ 40€), mais il peut durer toute une vie !

Voila, vous connaissez les principales initiatives à prendre pour une salle de bain qui se rapproche du zéro déchet.

Et vous, avez-vous d’autres initiatives ?

Voir les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.